18 septembre 2007

A terre

Ils m’ont ôté le goût de vivre Ils se sont déchaînés Je les entends rire Dans mon sommeil agité Cognent leur hargne et leur haine Pour me crever Sourire et main douce Je n’arrive plus à me rappeler Nuits d’encre Corps glacé Seul à terre
Posté par Admindublog à 19:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]